Plan de site

Plan de site

Hôtel WindsoR

@Thierry Lagalla, Espace à Vendre
@Thierry Lagalla, Espace à Vendre

Camera Camera 2021

Le salon d'art vidéo et d'art contemporain "Camera Camera" se tient à l'Hôtel Windsor dans un format original où artistes vidéastes et galeristes sont invités à s'approprier les chambres singulières du Windsor. Cet hôtel abrite une quarantaine d'installations pérennes in situ. Le public alterne ainsi entre les "chambres obscures", où la vidéo immersive plonge le spectateur dans une boîte noire, et les "chambres claires" qui se transforment en écrin propice aux dialogues entre art vidéo et art plastique.

 

L’équipe se place dans une logique exploratoire pour présenter des artistes émergents en dialogue avec leurs aînés. À mi-chemin entre une foire classique et un centre d’art temporaire, des artistes et leurs galeries associées sont invité.e.s à créer des projets spécifiques et in situ au sein des chambres de l'Hôtel Windsor dans une logique de couple artiste/galerie par chambre.

La chambre (d’hôtel) comme espace transitoire et intérieur de vie, d’intimité, de domesticité, de désir, de solitude, de rêve, de transmission, de désorientation. Qu’est-ce qu’une chambre finalement ? Une chambre d’hôtel plus particulièrement ? C’est avant tout un lieu physique intérieur mais également un espace mental. Qu’est-ce qu’une invitation à pénétrer dans une chambre ? Après tout, est-ce que la chambre est l’espace par excellence où on se sent chez soi ? Que représente la chambre d’un.e artiste ?

@Argote Ivan
@Argote Ivan

Équipe de commissaires

Florent To Lay, nouveau directeur artistique Camera Camera a constitué une équipe de jeunes curateurs : 

 

Banyi Huang (née à Pékin) est une curatrice, auteur et designer basée à New York (pour le moment). Son intérêt porte sur l’exploration de thématiques liées au genre, au travail et à la mythologie par le biais des médias numériques et des productions technologiques. Il prend sa source dans la décolonisation des discours et l’exploration de l’identité diasporique asiatique. Banyi a mené des projets curatoriaux avec Special Special (New York), PRACTICE Yonkers (New York) et Assembly Room (New York). Elle est contributrice au sein du Brooklyn Rail, Hyperallergic, Frieze, ArtAsiaPacific, OCULA magazine, Artforum China et Performa Magazine.

 

Vanina Murolo historienne de l'art napolitaine, poursuit à Paris son exploration de l’art contemporain à l'EHESS, sous la direction de Patricia Falguière et Elisabeth Lebovici. Son approche mobilise la critique transféministe et queer pour interroger les corps et l’environnement comme domaines de pouvoir. Les pratiques radicales sont au coeur de ses recherches, autant dans les mouvements de libération homosexuelle de l’Italie des années 1970 que dans la scène contemporaine au Brésil et sur le continent Africain. En collaboration avec Viviane Letayf, elle forme en 2017 le duo doubleV. En imaginant de nouvelles formes d'exposition, elles  questionnent  les pratiques curatoriales comme moyen d'élargir le champ des possibles. Elles en font un vecteur de résistance, un outil d’enrichissement du vocable artistique et de la pensée.

 

Livia Parmantier est une historienne de l’art italo-française. De 2017 à 2020, elle est chargée des publics et du développement sur le territoire à Galleria Continua en France. Elle est curatrice de la revue PAN, qui réunit plusieurs auteurs autour d’un thème et d’un artiste. En 2018, elle est diplômée en histoire de l’art contemporain à la Sorbonne où elle présente un mémoire de recherche sur la scène artistique cubaine des années quatre-vingt-dix.

 

À la fois française, britannique et afro-américaine, Alexa Wilkie est passionnée par les récits qui se cachent derrière les arts visuels. Elle a obtenu un Master en Études des musées et du patrimoine de l’Université de Londres, School of Oriental and African Studies (SOAS), où elle a exploré l'héritage de l'esclavage et la commémoration dans l'espace public. Son travail examine l'identité diasporique en mettant l'accent sur l'expérience noire et la décolonisation du regard. Avec une formation en cinéma, l'approche interdisciplinaire d'Alexa pour promouvoir l'art et la culture est inspirée par son désir de célébrer l'esthétique imposée par la diversité et l'inclusion sociale.

 

Avant d’entamer sa carrière dans le conseil en stratégie marketing et publicitaire, Maxime Gicquel a cherché à comprendre l’efficace de la parole poétique à travers l’oeuvre de plusieurs poètes européens (C. Cavafis, à qui il consacre son mémoire de fin d’études; Y. Ritsos; R. Char; P.Celan) dont les voix ont contribué à remotiver la charge politique et philosophique du langage en poésie. Diplômé de Sciences Po Paris (Marketing & Comms), Maxime est également titulaire d’un Master de Lettres. Depuis 2019, Maxime occupe, en parallèle de son activité publicitaire, le poste de Directeur Général de Neith Nyer, un label mode créé en 2015 par Francisco Terra. Il vit et travaille à Paris. 

 

Sociologue, historien et responsable de la recherche à l’École supérieure d’arts et médias de Caen/Cherbourg, Antoine Idier, travaille sur l’histoire des idées et des formes, sur les mouvements minoritaires et radicaux. Il est notamment l’auteur des livres Les Vies de Guy Hocquenghem paru chez Fayard en 2017, Archives des mouvements LGBT+ paru chez Textuel en 2018 et dernièrement Pureté et impureté de l’art chez Sombres torrents en 2020.

 

Julián Sánchez-González est un chercheur et auteur qui vit entre New York et Bogotá. Aujourd’hui, doctorant en histoire de l’art à la Columbia University, il est diplômé d’un master en histoire de l’art de l’Institute of Fine Arts de la New York University. Ses recherches portent sur la relation entre les pratiques artistiques et spirituelles dans l’art moderne et contemporain, en particulier en Amérique Latine, dans les Caraïbes et aux États-Unis. Son travail a été soutenu par le programme Fulbright, le ministère de la culture colombien, la fondation COLFUTURO. Les écrits de Sánchez-González ont été publiés par le MoMA, la collection Patricia Phelps de Cisneros, Oxford Art Online, Artsy, la Universidad Tres de Febrero (UNTREF) et l’Universidad Jorge Tadeo Lozano entre autres.

 

Histoire, droit, management, études postcoloniales et culturelles ainsi qu’histoire de l’art permettent à Florent To Lay de comprendre le monde actuel dans sa multiplicité. En dehors des qualificatifs de français, cambodgien ou chinois et au delà du métissage, il tente de créer un Troisième Espace pour explorer les questions d’hybridité culturelle et de créolisation, en menant des recherches sur les possibles visualisations artistiques de la pensée glissantienne qui se traduit dans son travail avec et pour les artistes. Florent est diplômé d’un Master de la Columbia University en Études Critiques et Curatoriales. Il vit et travaille actuellement entre Paris et Nice.

@Laurent Thereau
@Laurent Thereau

Comité de selection

Un comité de sélection se réunira pour valider la qualité des projets présentés par les galeries et les mécènes.

 

Le comité est composé de :

 

-Lélia Decourt, CEO - Entre Deux - Commissaire d'expositions, Responsable des publics et événementiel au MAMAC Enseignante vacataire à UCA

 

-Laurent Fievet, Docteur en études cinématographiques, Laurent Fiévet a enseigné l’esthétique des images et l’analyse de films à Paris III et Paris VII, avant de se livrer pleinement à une pratique artistique proposant des expériences de perception autour de l’image en mouvement. Son travail, qui prend le plus souvent la forme d’installations vidéo, est régulièrement exposé en France et à l’étranger. Il est également à l'initiative de Lab'Bel, le Laboratoire artistique du groupe Bel, créé en 2010 et est en charge de sa direction depuis ses origines.
Il est également à l'initiative de Lab'Bel, le Laboratoire artistique du groupe Bel, créé en 2010 et est en charge de sa direction depuis ses origines.

 

-Marie Gayet, est commissaire d'exposition indépendante et critique d’art (AICA). Elle exerce une activité plurielle dans le domaine de l’art contemporain en s’intéressant plus particulièrement à la jeune création et aux pratiques contemporaines sans distinction de médiums. Elle est une collaboratrice régulière d’Artais Art contemporain, revue papier et en ligne. Membre active de Tous les docs, pour la promotion du film sur l’art.

 

-Emma Picard, artiste qui définit son travail comme de la sculpture collaborative dans la lignée de Fluxus. Présidente de CCulte (Salon d'art contemporain de Chassagne Montrachet + ArtKaravane by CCulte, musée numérique itinérant).

 

-Françoise Quemin, Collectionneuse, Présidente du Centre Photographique Normandie-Rouen et Jean-Claude QueminCollectionneur, trésorier du Frac Normandie

 

@forum urbanisme
@forum urbanisme

Jury 2020

PRÉSIDENT 2020 :

 

- yann beauvais, vit et travaille à Paris et Recife. Cinéaste, curator indépendant, critique, professeur à l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris Cergy (ENSPAC), il est le co-fondateur de Light Cone en 1981 et Scratch en 1982 à Paris, également co-fondateur de B3 avec Edson Barrus à Recife en 2011.

MEMBRES DU JURY 2020 :


- François Bordry, président de la Biennale de Lyon, il préside également l’École Spéciale d’Architecture de Paris depuis 2007, ainsi que l'Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges depuis 2010.

- Martine Bordry, collectionneuse.

 

- Cécile Debray, conservatrice au musée national de l'Orangerie depuis 2017, elle est aussi commissaire d'expositions et historienne de l'art spécialiste de l'art moderne. Elle était auparavant en charge des collections modernes au musée national d’Art moderne / Centre Pompidou dès 2008.

 

- François Fauchon partage sa vie entre son métier de cancérologue et sa passion pour l’art contemporain qui a fait de lui l’un des collectionneurs les plus actifs et engagé.

 

- Rebecca François est commissaire d’exposition au MAMAC et critique d’art. Après une Maîtrise d’histoire de l’art contemporain sur « La scène artistique niçoise de 1990 à 2006 », elle participe depuis 2008, en qualité d'Attachée de conservation du patrimoine, à l’organisation des expositions du MAMAC de Nice.

 

- John Rajchman est philosophe et professeur d'histoire de l'art à la Columbia University. À New York, il a été membre fondateur et éditeur de Semiotext(e), membre du comité éditorial d'October, puis de ANY (un projet mondial de 10 ans portant sur l'architecture et urbanisme dans les années 90). Il est aujourd'hui contributeur et éditeur au sein d'Artforum. Il a écrit abondamment sur l'art, l'architecture, la philosophie ; ses livres et essais ont été traduits dans plusieurs langues. Il a édité et traduit un certain nombre de volumes collectifs dont la Philosophie française depuis 1945 avec Etienne Balibar. Au cours de ces 10 dernières années, il s'est de plus en plus engagé dans des échanges et débats « transnationaux » qui feront l’objet d’un futur volume d'essais récents, de catalogues, de projets d'exposition et d'interventions.