Website map

Website map

De l'air

Grégoire Korganow, Un temps de rêve, 2016
Grégoire Korganow, Un temps de rêve, 2016

De l'air

2016

De l’air est un magazine de photo français, créé à Paris en 2000 et basé à Nice depuis deux ans. Il donne à voir tous les trimestres le meilleur de la photographie contemporaine. Objet d’une exposition (Génération de l’air) en 2011 à la MEP, il est partenaire du Jeu de Paume et participe chaque année à Paris Photo. A l’occasion d’OVNI, il présente pour la première fois un ensemble d’art vidéo.

@Grégoire Korganow, Un temps de rêve, 2016
@Grégoire Korganow, Un temps de rêve, 2016

Grégoire Korganow

Un temps de rêve

Ensemble de 7 vidéos, 2016

Un Temps de Rêve regroupe 7 films courts réalisés par Grégoire Korganow. Dans le cadre d’une résidence à la Maison nationale des artistes (la maison de retraite des artistes gérée par la FNAGP) il a demandé à 7 pensionnaires de raconter leur rêve… et a ensuite proposé à 7 danseurs contemporains de les interpréter, en dansant dans le parc de la résidence.

 

1. Ma mère, 2,33 min, Le rêve d’Arlette de Breville dansé par Aurore di Bianco.

2. Le Parapluie Rouge, 1,51 min, Le rêve de Claude Grizard dansé par Sylvain Groud.

3. Je ne sais pas, 0,56 min, Le rêve de Marie Le Courtour dansé par Kaori Ito.

4. Une femme, 2,57 min, Le rêve de Michel Merlen dansé par Julie Koenig.

5. Jacky, 2,27 min, Le rêve de Christine Bertin dansé par Frederico Strachan

6. Le prince charmant, 2,28 min, Le rêve de Liane Le Masson dansé par Bernard Wayack Pambé.

7. L’enterrement de Mozart, 2,44 min, Le rêve de Lise Follin Deramond dansé par Sergio Diaz.

 

Gérée par la Fondation Nationale des Arts graphiques et plastiques (FNAGP), la Maison Nationale des Artistes située à Nogent-sur-Marnes (94) est en fait une maison de retraite des artistes. 75 résidents, des personnes dépendantes âgées de plus de 60 ans, ont élu domicile dans deux bâtisses du 18èmesiècle élevées au milieu d’un parc de 10 hectares. Dans le cadre d’une résidence (entre 2015 et 2016), Grégoire Korganow a demandé à sept retraités de raconter leur rêve. Chacun de ses songes a été interprété dans le parc par un danseur contemporain.

 

« Le corps fragiles des personnes âgées ne leur permet plus de se mouvoir librement… Ces mises en mouvement impressionnistes ont lieu au gré des lumières et des saisons, et offrent un spectacle accessible aux résidents depuis leurs fenêtres. Avec un temps de rêve, nous nous amusons à substituer au temps présent, un temps imaginé qui s’accorde aux projections des narrateurs, et les libère des entraves du réel. Je conçois les œuvres issues de ce projet comme des invitations au voyage, à mon voyage incarné dans les rêves de personnes âgées. »

 

A propos de l’artiste 

Photographe depuis plus de 20 ans, Grégoire Korganow s’est peu à peu éloigné du grand reportage (Libération, Géo, Marie Claire, de l’air, New York Times..) pour investir le champ de l’intime à travers le medium photographique mais également le film.